L’accès aux images de vidéosurveillance par le Directeur des Ressources Humaines en France : une question de proportionnalité et de respect des droits

L’accès aux images de vidéosurveillance par le Directeur des Ressources Humaines en France : une question de proportionnalité et de respect des droits

Le

La vidéosurveillance est un outil de plus en plus utilisé dans le milieu professionnel pour assurer la sécurité des biens et des personnes. Cependant, son utilisation soulève des questions importantes en matière de respect de la vie privée et de protection des données personnelles. Parmi ces questions, celle de l’accès aux images de vidéosurveillance par le Directeur des Ressources Humaines (DRH) en cas d’incident est particulièrement pertinente.

Cadre réglementaire

En France, l’accès aux images de vidéosurveillance est encadré par plusieurs textes de loi et régulations, notamment le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) et les recommandations de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Selon la CNIL, l’accès aux images de vidéosurveillance doit être limité à un nombre restreint de personnes autorisées, généralement les personnes en charge de la sécurité.

Le rôle du DRH

Cependant, le rôle du DRH dans la gestion des ressources humaines peut amener ce dernier à être confronté à des situations où l’accès aux images de vidéosurveillance pourrait être nécessaire, par exemple en cas d’incident impliquant un employé. Dans ce contexte, le DRH pourrait être autorisé à visionner ces images, dès lors que ce visionnage entre dans les finalités initialement définies, par exemple à des fins disciplinaires. De même, la DRH peut exploiter les images sous les mêmes conditions.

Respect des principes de proportionnalité et de nécessité

Logiciel RGPD

Il est essentiel de souligner que l’utilisation de la vidéosurveillance doit toujours respecter les principes de proportionnalité et de nécessité. En d’autres termes, l’accès aux images de vidéosurveillance par le DRH ne doit pas porter atteinte à la vie privée des employés et doit être justifié par un besoin réel et légitime.

Information et consultation préalable du CSE

Pour que l’accès aux images de vidéosurveillance par le DRH soit possible, il convient que cela soit prévu initialement, et que cela fasse l’objet d’une info-consultation préalable du Comité Social et Economique (CSE). Cette étape est cruciale pour garantir le respect des droits des employés et pour rendre cette mesure opposable aux salariés.

Durée de conservation des images

La durée de conservation des images est également un point important à considérer. Selon la CNIL, cette durée doit être en lien avec l’objectif poursuivi par les caméras et ne doit pas excéder un mois en principe, sauf circonstances exceptionnelles.

Information des employés

Enfin, il est impératif que les employés soient informés de l’existence du système de vidéosurveillance, de ses finalités, de la durée de conservation des images, et de leurs droits en matière de protection des données personnelles, conformément à l’article 13 du RGPD et à l’article 104 de la loi « Informatique et Libertés ».

Conclusion

En conclusion,

DPO Partagé
DPO Partagé
DPO EXTERNALISE - Disponible du Lundi au Samedi - Contactez nous au 01 83 64 42 98 ou par mail à contact@dpo-partage.fr DPO PARTAGE est le leader des DPO en données de santé et données sensibles. Urgence Violation Données +33 7 56 94 70 90

Intéressant ? Partagez-le !

Newsletter

Audit gratuit Conformité RGPD

spot_imgspot_img

A ne pas manquer !

Encore plus d'actualités
Informations RGPD

Piratage Epic Games : au cœur d’une cyberattaque d’envergure

Piratage Epic Games, l'éditeur renommé derrière le succès planétaire...

Le RGPD et le coffre-fort numérique : sécuriser ses données personnelles et professionnelles

coffre-fort numérique RGPD : La protection et la gestion...