RGPD et la gestion de l’intérêt personnel : naviguer entre notoriété et confidentialité

RGPD et la gestion de l’intérêt personnel : naviguer entre notoriété et confidentialité

Le

L’adage souvent attribué à Oscar Wilde, « Il n’y a qu’une chose au monde pire que d’être l’objet des conversations, c’est de ne pas l’être« , trouve une résonance particulière à l’ère du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Cette réglementation, mise en place pour protéger les données personnelles des citoyens européens, soulève des questions importantes sur la gestion de l’intérêt personnel dans un monde où la visibilité peut être à double tranchant.

D’une part, la visibilité et la notoriété sont souvent recherchées, notamment dans le monde des affaires et des médias. Être mentionné, reconnu et visible peut signifier une plus grande influence, des opportunités de carrière et une présence renforcée sur le marché. Cependant, ce désir de visibilité doit être équilibré avec le droit à la vie privée et à la protection des données personnelles, principes fondamentaux du RGPD.

Le RGPD pose ainsi des défis uniques pour les individus et les entreprises. Comment maintenir une présence publique tout en respectant les normes strictes de confidentialité ? La collecte et l’utilisation des données personnelles doivent être transparentes, nécessaires et limitées au consentement explicite de l’individu. Cette réglementation change la manière dont les entreprises interagissent avec les données, les obligeant à repenser leurs stratégies de communication et de marketing.

Par ailleurs, la violation de ces normes peut entraîner de lourdes sanctions financières, sans parler des dommages à la réputation qui peuvent être encore plus dévastateurs. La gestion de l’intérêt personnel et de la notoriété dans le respect du RGPD devient donc un exercice délicat. Il s’agit de trouver un équilibre entre être l’objet de conversation et protéger sa vie privée et celle des autres.

Peut-on parle de moi partout ?

Droit à l’information vs vie privée : En France, le droit à l’information est un principe important, mais il doit être équilibré avec le respect de la vie privée, protégée par l’article 9 du Code civil. La publication du nom d’une personne en relation avec des faits ou des actes doit donc respecter ce droit à la vie privée.

Diffamation et diffamation par voie de presse : La loi sur la liberté de la presse de 1881 réglemente la diffamation en France. Un journaliste doit faire attention à ne pas diffamer une personne en publiant des informations fausses ou médisantes. Citer une personne par son nom en relation avec des accusations non fondées ou des faits diffamatoires peut entraîner des poursuites judiciaires.

Logiciel RGPD

Publications sur les réseaux sociaux : Le fait qu’une personne ait publié des informations sur Facebook ou LinkedIn ne donne pas automatiquement le droit à un journaliste de les reprendre ou de citer le nom de la personne. Les publications sur les réseaux sociaux sont généralement considérées comme relevant de la sphère personnelle, même si elles sont accessibles publiquement.

Consentement : En général, il est conseillé de demander le consentement avant de publier le nom d’une personne, surtout si les informations sont sensibles ou pourraient avoir un impact négatif sur la réputation de la personne concernée.

Exceptions : Il existe des exceptions, notamment en ce qui concerne les personnes publiques ou les faits d’une importance publique majeure. Dans ces cas, les journalistes peuvent avoir plus de latitude pour publier des informations sans consentement préalable.

Normes journalistiques : En plus des lois, les journalistes sont également guidés par des normes éthiques et déontologiques. Ils doivent évaluer l’intérêt public de l’information par rapport au droit à la vie privée des individus.

Je parle de moi sur les réseaux sociaux, à qui sont les données ?

Propriété des Données : Lorsqu’un utilisateur publie des informations sur son profil LinkedIn ou Facebook, il conserve généralement la propriété de ces données. Cependant, en acceptant les conditions d’utilisation de la plateforme, l’utilisateur accorde à celle-ci une licence pour utiliser, distribuer et partager ces informations, souvent de manière assez large.

Public vs Privé : Les utilisateurs ont généralement le contrôle sur les paramètres de confidentialité de leurs comptes, ce qui leur permet de décider dans une certaine mesure si leurs informations sont publiques ou privées. Si un utilisateur choisit de rendre son profil public, ses informations peuvent être considérées comme « publiquement accessibles », mais cela ne signifie pas qu’elles deviennent des données « publiques » au sens légal.

RGPD et Consentement : Sous le RGPD, les données personnelles restent la propriété de l’individu, même lorsqu’elles sont partagées publiquement. Le RGPD confère aux individus un contrôle sur leurs données, y compris le droit de demander leur suppression ou leur modification. Ainsi, même si les données sont accessibles publiquement, elles sont toujours soumises aux droits de protection et de confidentialité de l’individu.

Utilisation des Données par des Tiers : Si une tierce partie souhaite utiliser les données publiées sur ces plateformes à des fins autres que celles prévues (comme la recherche ou le marketing), elle doit souvent obtenir un consentement supplémentaire de l’utilisateur, en conformité avec le RGPD et d’autres législations sur la protection des données.

https://www.dpo-partage.fr/le-rgpd/

DPO Partagé
DPO Partagé
DPO EXTERNALISE - Disponible du Lundi au Samedi - Contactez nous au 01 83 64 42 98 ou par mail à contact@dpo-partage.fr DPO PARTAGE est le leader des DPO en données de santé et données sensibles. Urgence Violation Données +33 7 56 94 70 90

Intéressant ? Partagez-le !

Newsletter

Audit gratuit Conformité RGPD

spot_imgspot_img

A ne pas manquer !

Encore plus d'actualités
Informations RGPD