Quelle est la portée du droit d’opposition pour les patients dans un établissement hospitalier ?

Quelle est la portée du droit d’opposition pour les patients dans un établissement hospitalier ?

Le

Le droit d’opposition (pour les patients) est un élément crucial du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), offrant aux individus un certain contrôle sur le traitement de leurs données personnelles. Dans le contexte d’un établissement hospitalier, l’exercice de ce droit par les patients se heurte à un équilibre délicat entre respect de la vie privée et impératifs de santé publique et légaux.

1. Compréhension du droit d’opposition

Selon le RGPD, le droit d’opposition permet à un individu de s’opposer au traitement de ses données personnelles. Ce droit est toutefois non absolu et s’applique en fonction de la base légale du traitement. Dans le secteur de la santé, cette distinction est cruciale, car de nombreux traitements de données sont essentiels pour la prestation de soins ou répondent à des obligations légales.

2. Application dans le contexte hospitalier du droit d’opposition pour les patients

a. Cas d’exercice du droit d’opposition

Les patients peuvent exercer leur droit d’opposition dans plusieurs situations spécifiques, notamment :

  • Traitements à des fins de recherche : Les patients peuvent refuser que leurs données soient utilisées à des fins de recherche si cela n’est pas essentiel à leur traitement médical.
  • Plateformes de prise de rendez-vous : L’utilisation de services externes comme Doctolib pour la gestion des rendez-vous peut être sujette à opposition.
  • Production de statistiques et envois de newsletters : Ces activités, ne relevant pas directement de la prestation de soins, peuvent être contestées par les patients.

b. Limites du droit d’opposition

Il existe des situations où le droit d’opposition ne peut être exercé, notamment :

  • Obligations légales : Les traitements nécessaires pour respecter des obligations légales (comme l’enregistrement des dossiers médicaux) ne peuvent être interrompus.
  • Défense de droits en justice : Si les données sont nécessaires pour la défense de droits en justice, l’opposition peut être rejetée.

3. Cas particuliers et exemples

  • Pseudonymisation pour des raisons de confidentialité : Dans des cas spécifiques, comme la crainte de divulgation de données à un membre de la famille travaillant dans l’établissement, des mesures alternatives comme la pseudonymisation peuvent être envisagées.
  • Droits spécifiques du code de la santé publique : Le droit d’opposition s’étend à des situations spécifiques comme l’opposition à l’utilisation de prélèvements à des fins autres que celles initialement prévues.

4. Exigence de clarification et d’évaluation

Pour chaque demande d’opposition, il est impératif de demander au patient de préciser ses raisons, en se référant à l’article 21 du RGPD. Cela permet une évaluation au cas par cas, garantissant que les droits du patient sont respectés tout en tenant compte des nécessités légales et médicales.

Petit plus

La pseudonymisation est une technique de traitement des données qui vise à protéger la vie privée de l’individu en remplaçant les identifiants directs dans un ensemble de données par un ou plusieurs identifiants artificiels, ou pseudonymes. Cela permet de minimiser les risques liés à l’identification directe de la personne concernée, tout en permettant un certain niveau d’analyse des données.

Logiciel RGPD

Dans le contexte d’une célébrité, ou de toute personne dont l’identité est largement connue et pourrait donc être plus facilement associée à des données particulières, la pseudonymisation peut être un moyen efficace de renforcer la protection de la vie privée. Cependant, elle ne constitue pas un droit en soi que les individus peuvent exercer, mais plutôt une mesure de protection des données que les responsables de traitement peuvent mettre en œuvre pour se conformer aux principes du RGPD, notamment le principe de minimisation des données et de protection de la vie privée dès la conception.

Si une célébrité souhaite que ses données soient traitées de manière plus anonyme, elle pourrait en faire la demande auprès de l’organisation qui traite ses données. Cette organisation devrait alors évaluer la demande en tenant compte de ses propres obligations légales et réglementaires, et de la faisabilité technique de la pseudonymisation dans ce contexte particulier.

Il est important de noter que la pseudonymisation, bien qu’utile, ne garantit pas l’anonymat complet. Dans certains cas, notamment si des informations supplémentaires sont disponibles, il peut être possible de relier un pseudonyme à l’identité réelle de la personne concernée. Par conséquent, elle devrait être utilisée en combinaison avec d’autres mesures de sécurité et de protection de la vie privée.

DPO Partagé
DPO Partagé
DPO EXTERNALISE - Disponible du Lundi au Samedi - Contactez nous au 01 83 64 42 98 ou par mail à contact@dpo-partage.fr DPO PARTAGE est le leader des DPO en données de santé et données sensibles. Urgence Violation Données +33 7 56 94 70 90

Intéressant ? Partagez-le !

Newsletter

Audit gratuit Conformité RGPD

spot_imgspot_img

A ne pas manquer !

Encore plus d'actualités
Informations RGPD

Activer la procédure recall auprès de votre banque : guide pratique

Qu'est-ce que la procédure recall ? Activer la procédure recall...

Cyberattaque de l’hôpital d’Armentières : lumière sur le groupe BlackOut – Février 2024

Cyberattaque de l'hôpital d'Armentières : L'hôpital d'Armentières a été...

Conformité RGPD SPST – Logiciel conformité RGPD audit la partie RGPD de la spec2217, demandez vos accès

Conformité RGPD SPST SPEC2217 : Révolutionnez la gestion de...

Après la tempête : le processus de RETEX pour une cybersécurité renforcée

RETEX pour une cybersécurité renforcé : La récente cyberattaque...