La Commission européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs examinent 399 sites de vente en ligne pour déterminer les pratiques manipulatrices

La Commission européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs examinent 399 sites de vente en ligne pour déterminer les pratiques manipulatrices

Le

Manipulation site e-commerce

La Commission européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs de 23 États membres, de la Norvège et de l’Islande ont publié les résultats de leur examen de sites web de vente au détail. Cet examen a été effectué sur 399 boutiques en ligne de détaillants vendant des produits allant des textiles aux produits électroniques. L’objectif de l’examen était de déterminer s’il existait des pratiques manipulatrices en ligne, telles que les «interfaces truquées» qui poussent les consommateurs à faire des choix qui peuvent ne pas être dans leur intérêt supérieur.

Les autorités ont examiné trois types de pratiques manipulatrices spécifiques, telles que les faux compteurs à rebours, les interfaces web conçues pour amener les consommateurs à effectuer des achats, des abonnements ou d’autres choix, et les informations cachées. Les résultats de l’examen ont montré que 148 sites sur les 399 examinés contenaient au moins l’une de ces trois interfaces truquées.

42 des sites web examinés utilisaient de faux compteurs à rebours indiquant des échéances pour l’achat de produits spécifiques. 54 sites web orientaient les consommateurs vers certains choix, tels que des abonnements à des produits plus chers et des options de livraison, à travers leur présentation visuelle ou leur formulation. 70 sites web dissimulaient des informations importantes ou les rendaient moins visibles pour les consommateurs, telles que les informations sur les frais de livraison, la composition des produits ou la disponibilité d’une option moins coûteuse. 23 sites web dissimulaient des informations dans le but de manipuler les consommateurs pour qu’ils prennent un abonnement.

L’examen a également inclu les applications de 102 des sites web examinés. 27 de ces applications contenaient également au moins une des trois catégories d’interfaces truquées.

Les autorités nationales vont maintenant contacter les opérateurs concernés pour les inciter à corriger leur site web et, le cas échéant, prendre des mesures supplémentaires selon leurs procédures nationales. La Commission prendra également contact avec les professionnels en ligne pour compléter les travaux du réseau CPC visant à lutter contre les interfaces truquées.

M. Didier Reynders, commissaire à la justice, a déclaré que l’examen révèle que près de 40 % des sites d’achats en ligne utilisent des pratiques manipulatrices qui exploitent les vulnérabilités des consommateurs ou les dupe. Il a également souligné que la Commission réexamine les politiques en matière de protection des consommateurs pour s’assurer que les normes sont à jour et adaptées à l’évolution rapide de la technologie. Les consommateurs doivent être en mesure de faire des achats en ligne en toute confiance, sans être confrontés à des tactiques de manipulation trompeuses qui peuvent les pousser à faire des choix qui ne sont pas dans leur intérêt. La Commission et les autorités nationales travailleront ensemble pour veiller à ce que les sites web de vente au détail soient fiables et transparents pour les consommateurs.

Logiciel RGPD

Site commission européenne

DPO Partagé
DPO Partagé
DPO EXTERNALISE - Disponible du Lundi au Samedi - Contactez nous au 01 83 64 42 98 ou par mail à contact@dpo-partage.fr DPO PARTAGE est le leader des DPO en données de santé et données sensibles. Urgence Violation Données +33 7 56 94 70 90

Intéressant ? Partagez-le !

Newsletter

Audit gratuit Conformité RGPD

spot_imgspot_img

A ne pas manquer !

Encore plus d'actualités
Informations RGPD